PAGANI   FERRARI   LAMBORGHINI   MASERATI   ASTON MARTIN   MERCEDES     AUTOMOBILES CLASSIQUES  SPORTIVES

 

 

AUTODROME au quotidien

 

Salon Rétromobile 2015

Cette Ferrari 250 GT California de 1961(châssis court), arrêtée depuis des années, présentée par Artcurial, trouva un nouveau propriétaire après des enchères disputées pour 16 288 000 €, soit 11 780 896 € de plus qu'une autre California, (1959, châssis long), vendue 4 507 104 € il y a 3 ans, par la même maison, au même endroit. 

[ Salon Rétromobile 2015, quelques photos ]


Cette Ferrari 275 GTB4 "NART Spider", de 1967 (# 10709), a été adjugée pour 27.500.000 $, à la vente RM, qui s'est tenue à Monterey (CA, USA), les 17 et 18 août 2013.

Ce modèle a été construit à 10 exemplaires à la demande de l'Importateur Américain de l'époque, Luigi Chinetti.

Les montants records, atteints par des pièces très rares et qui ne laissent pas entrevoir de limites, ne sont que l'aspect le plus impressionnant pour le grand public; Au delà, ces grandes ventes aux enchères proposant au même moment et au même endroit un nombre très important d'automobiles de collection, sont aussi des indicateurs, à condition d'une analyse décryptée et détaillée. 


Jean Daninos avait pour Facel Vega, une vision esthétique de l'automobile, de véritables œuvres d'arts furent créées, une alchimie faite de beauté, de vitesse suggérée, sublimée par la passion du travail du métal. La Facel II  (1961) est l'une des plus belles automobiles de tous les temps

Les usines Facel fermèrent définitivement leurs portes le 31 octobre 1964 après seulement dix ans de production.


SALON RETROMOBILE 2013

 

 

 Chef d'œuvre énigmatique et envoutant de Giotto Bizzarrini, cette Iso A3/C est présentée comme ayant participé aux 24 Heures du Mans 1965.

 

 

Une très rare Ferrari 250 GT Pininfarina, en version cabriolet de 1962, était l'une des vedettes de la vente Artcurial du Salon Rétromobile 2013, authentique mais en état moyen, il fallait près de 850 000 € pour pouvoir l'acquérir.

[ Photos Rétromobile 2013 ]


 

[ FERRARI 250 GT  Spyder California 1959, acquise pour 4 507 000 € à la vente Artcurial, le 3 février 2012, en janvier 2013, un modèle similaire trouva un nouveau propriétaire pour 6 195 000 € -vente Gooding janvier 2013 USA ]

 

 Enzo Ferrari et ses amis, carrossiers, ingénieurs et pilotes, tous artistes de génie, concevaient et faisaient vivre des voitures de rêves, ces trésors, cinquante ans après continuent d'attiser les passions.


JUILLET 2010

Belle rencontre,

Nous collaborons depuis très longtemps avec certaines revues ou télévisions en acceptant de faire rouler quelques voitures rares, c'est à la demande du magasine Sport Auto qu'a été organisé ce comparatif entre la Ferrari 250 GT Pininfarina 1959 et l'Aston Martin DB4, l'article paraîtra bientôt. C'était une excellente occasion d'admirer ces deux merveilles en même temps.

A la différence de dessins flamboyants, la beauté classique demande un regard posé et connaisseur pour pouvoir apprécier lignes et proportions parfaites


Présentation de la "Tricolore", une énième "série limitée" comme toutes les Zonda, ou plutôt une sixième "Cinque". Un choix de couleur avec des bandes décoratives et un aileron de requin sur le capot arrière, la mise en scène est similaire à celle de la présentation de la Lamborghini Pregunta en 1998 (photo de droite). Le prototype Pregunta, étudié à la demande de Lamborghini, en prévision de la succession de la Diablo, exploitait, grâce à un partenariat, les avancées aérodynamiques développées sur le Rafale de Dassault Aviation.

La Pregunta à propulseur Lamborghini Diablo V12 est un prototype fascinant, qui irradie la puissance, la vitesse extrême, comme une ultime affirmation du caractère révolutionnaire, excitant et sans aucun compromis des plus fameuses Lamborghini. Ferruccio ayant quitté la scène en 1993, était-il possible de faire vivre son héritage spirituel dans un modèle digne de sa passion ? La PREGUNTA fut la réponse...

Présentée aux Salons de Paris en 1998 et de Genève en 99, son dessin est signé par l'équipe de Marc Deschamps, le discret mais remarquable styliste qui succéda à Gandini à la Direction du style Bertone et à qui l'on doit notamment le Roadster Lamborghini Athon en 1980, et la super car Edonis

Lamborghini exigeait dans le contrat passé avec Heuliez Torino, la branche Italienne du constructeur Français, que le dessin soit "nouveau, original et impossible à confondre avec celui d'aucune autre voiture" (n'était-ce pas l'un des traits essentiels de la Miura et de la Countach ?). D'autre part, Heuliez  s'engage à ne réaliser aucun autre exemplaire de la voiture, et à ne céder à personne la propriété industrielle ou le droit d'exploitation du dessin et de l'aménagement intérieur de la future Pregunta *.

Le rachat de Lamborghini par Audi, allait mettre un terme au possible avenir en production de ce formidable "Concept-car" mais une oeuvre originale et réellement novatrice s'inscrit comme  une étape et peut servir d'inspiration...

* La Pregunta a été depuis,  directement cédé à Autodrome Paris.

PREGUNTA 1998 pour LAMBORGHINI


 La recherche pure reste le domaine des véritables créateurs et des Maîtres historiques de la carrosserie, dont certains œuvres marquent les mémoires

Modulo par Pininfarina 1970 sur une base de Ferrari 512 S

A gauche, la Carabo (1968) de Bertone qui inspira l'inoubliable Countach, à droite la Maserati Birdcage (2005) signée par Pininfarina qui innovait, entre autre,  avec ses ailerons mobiles intégrés au capot arrière


                     

A cette occasion, penchons nous un instant sur la Zonda, qui dans l'ensemble a son caractère propre, et regardons comment, en isolant certains éléments de style il semble qu'on puisse observer des traits communs, des similitudes ou sources d'inspirations issus de modèles qui l'ont précédé...

Quelques exemples

Le spoiler avant avec « mât » central, de la Lamborghini Pregunta ( 1998 ), et en bas celui de la Zonda S, on retrouve aussi

le choix des petits phares multiples et séparés

 

 

 

 

 

 

        La "jupe", naissant à partir de la roue arrière, se prolonge au delà de la roue avant, elle ceinture l'ensemble de la carrosserie à sa base, épaisseur de quelques centimètres,

 séparé du bas de caisse avec débord et traitement en teinte contrastée. La prise d'air, au dessus, est plus conventionnelle sur la Zonda, et un peu plus basculée vers l'avant.

 

 

Ci-dessus à gauche le cockpit de la Zonda, et celui de la Jaguar XJR 15 (présentée en 1990) , sont quasi identiques, on note les vitres latérales et le large montant en arc de cercle,

ainsi que la base du pare-brise se finissant dans la grande sortie d’air chaud provenant du radiateur. Les rétroviseurs, positionnés différemment, se ressemblent beaucoup.

 

 

Ici on peut observer, vu de l'arrière, le dessin du cockpit, vitres latérales, ligne de fuite du toit et la façon dont le capot arrière le « recouvre »,

mais également l’aileron des premières Zonda 6.0 C12, très inspiré de celui de la Jaguar XJR 15

 

Un article plus détaillé abordant différents sujets touchant au style automobile paraîtra dans un prochain numéro d' AUTODROME Bulletin.

 


Février 2010

Une nouvelle FERRARI, c'est toujours intéressant, premier contact, volant en main, avec la dernière 458 Italia, que nous a très aimablement confiée M.G.Cavallari, concessionnaire emblématique de la marque pour la principauté de Monaco. Cette voiture est une réussite, 570 ch. et on apprécie les 9000 t/m. Belle musique et plaisirs mécaniques garantis... La ligne est fluide et réussie, les trois sorties d'échappement centraux font référence à la F40 .

 

Décembre 2009

 

Ramener vers Cannes sur un trajet de près de mille kilomètres, une BENTLEY extrêmement rare - seulement dix sept exemplaires en ont été construits dans les années soixante - impose une attention sans faille, et de grandes précautions. C'est aussi l'occasion de confirmer que cette extraordinaire voiture est toujours, comme on l'attend à juste titre d'une Bentley, en parfaite condition. Les circonstances ne nous épargnent pas, froid, brouillard et déluge de pluie, mais tout cela est effacé dans la sérénité, silence total, douceur et souplesse et le voyage devient évidemment un grand plaisir.

En fait, voyager à bord d'une telle automobile, sans doute parce qu'elle n'est pas restaurée, mais dans un incroyable état original de préservation, est vraiment une expérience à part, un peu comme vivre dans un château, chargé de son histoire. Dans ce cas, l'histoire a quelques dizaines d'années, suffisamment pour nous ramener à nos souvenirs d'enfance ou de jeunesse,  et à nos voitures de rêve, et l'occasion de prendre la mesure du temps qui a passé.

Arrivé à Cannes, on prend un peu de recul, et on admire

Certaines automobiles suscitent, même à l'arrêt, une impression d'aisance et de mouvement, elles ont ce qu'on appelle de l'allure, une élégance intemporelle. La rareté confère-t-elle à cette œuvre mécanique un pouvoir de fascination supplémentaire ? On peut mieux comprendre en l'observant pourquoi certains sont à jamais amoureux de la marque Bentley.


Une autre époque

 

La Lotus Europe, (ici une très rare première série de 1967), était vraiment petite et basse, les dimensions des voitures de sport ne sont plus à la même échelle aujourd'hui, leur poids non plus, cette Lotus pèse 600 kilos.


 

Juillet 2009

Quand une belle auto s'approche du Garage, souvent son conducteur la gare, pour un bonjour amical, entre amateurs, connaisseurs ou, bien sur en tant que client la discussion est toujours sympathique. Cette magnifique Jaguar Type E première série appartient à un ami et client parmi les plus fidèles depuis la création d'Autodrome. Son choix est d'utiliser ses classiques en toutes occasions, ses voitures parfaitement entretenues permettent ainsi un plaisir rare et une sorte de privilège. Aucun cabriolet moderne ne peut se comparer à la Type E.


Claude Levy, accompagné de Horacio Pagani, en grande discussion avec Paul Bracq, au sujet du style de la Zonda, au salon automobile de Bordeaux. Les échanges sont techniques et passionnés. Paul Brack est un peu moins connu que les Maîtres Italiens de la carrosserie, il a pourtant signé quelques véritables chefs d'œuvres, notamment pour Mercedes, les cabriolets "Pagode" les grands Coupés des années 60/70, et surtout la 600, sans doute la plus belle berline 4 portes jamais dessinée.

A gauche la Mercedes "pagode", pureté, classicisme et originalité, à droite un magnifique Coupé "W 111", extraordinaire d'élégance

La 600, c'est à part, on est presque au dessin ultime de la berline, lignes horizontales et verticales définissent un volume aux proportions parfaites

 

Sa beauté majestueuse est une source de fascination depuis des décennies : tendue et toute en force, sa silhouette est une formidable interprétation de la suprématie.  Aucune autre automobile ne peut lui être comparée. Les proportions sont parfaites, ses lignes sont tendues comme les structures d'une œuvre architecturale. Lorsque l'auto se déplace, l'effet est spectaculaire, au sens propre, on est pris d'admiration.

Cette sculpture automobile est de 1963


Juin 2008

 

La Lamborghini Miura reste une des plus belles autos jamais vues ; ici nous testons pour un de nos clients une version S. Les examens et les essais d'un très grand nombre d'exemplaires de ces modèles si particuliers en complètent sans cesse la connaissance.


Ubaldo Sgarzi occupa le poste de Directeur commercial de Lamborghini pendant toute la période "classique". Maintenant retiré, cet homme, que nous connaissons bien, à l'expérience exceptionnelle, nous a souvent parlé des situations parfois acrobatiques que connut la firme Lamborghini dans ses premières années d'existence. Les difficultés de production et d'après-vente étaient alors inhérentes à l'ambition incroyable d'une très petite équipe d'hommes dotés de peu de moyens (par rapport aux groupes industriels actuels) et qui créèrent néanmoins des automobiles parmi les plus avancées de leur époque et les plus célèbres de l'Histoire.

Il rejoignit ensuite Pagani pour l'aider à la création de sa propre marque, sa présence a été déterminante,  ses relations personnelles avec Ferruccio Lamborghini, puis nouées au fil des ans avec les clients de la firme de Sant'Agata, et son expérience unique, ont été, à la source, comme une caution de légitimité qui "ouvrit la porte" aux amateurs et les amena à s'intéresser aux créations artisanales de Horacio Pagani.

 

Neldo Levy ( Autodrome ) et Ubaldo Sgarzi, à l'usine Pagani, devant des pièces de Zonda en carbone brut à l'usine Pagani.


 

Mai 2008

Tous les collectionneurs vous le diront : une, c'est rarement suffisant... deux, c'est bien mieux ! Non seulement nous cherchons depuis toujours à connaître et acquérir les modèles les plus rares, innovants, performants, et intéressants historiquement, mais il nous arrive nous accorder le plaisir immense de pouvoir profiter de deux exemplaires d'un même modèle.

Comparer et observer les variations entre deux autos ou motos est un plaisir de connaisseur. Parfois ces différences sont infimes, mais toujours émouvantes parce qu'elles racontent l'histoire du véhicule et de ceux qui l'ont créé, puis de ceux qui l'utilisèrent. Souvent, la variations observées ont un sens et une valeur dans l'histoire de la marque ou du modèle. C'est alors le plus grand plaisir du collectionneur : apprendre par lui-même quelque nouvelle connaissance sur l'identité et l'évolution d'un modèle.

 

Nos deux exemplaires de la rarissime Motocyclette Lamborghini Design 90, conçue en collaboration avec Boxer-Bike, constructeur de motos de compétition.

Nous avouons que notre passion pour Lamborghini n'a pas de limite.


 

Mars 2008

La Carrosserie Lecoq est notre partenaire privilégié pour les restaurations de haute qualité, notamment bien sûr en peinture, vernis, sellerie et travail du métal, mais les compagnons qui forment l'équipe sont aussi capables d'oeuvrer sur les mécaniques anciennes les plus complexes.

Ici,  quelques photos s'imposaient, car nous avons eu le plaisir de réunir la célèbre Flying Star II, ultime dessin de Touring en 1966, sur une base de Lamborghini 400 GT 2+2 - à côté de la Countach LP400 que nous avons fait restaurer pour un autre client.

Les lignes de ce prototype, par ailleurs parfaitement utilisable, et qui roule fréquemment, sont une sorte de testament esthétique qui n'a pas été compris et apprécié par tous. Le dessin inspiré et subtil de Carlo Bianchi-Anderloni pour la Flying Star n'était pas une quête de "plus", ni plus sportif, ni plus moderne, mais simplement et magnifiquement la recherche d'une autre voie, d'une combinaison nouvelle et jamais imaginée auparavant, d'équilibre et de force - encore inachevée par certains aspects, mais très riche et mature.

Devant le show-room d'Autodrome-Cannes: la Flying Star II est considérée comme le testament stylistique de Touring.

La ligne est audacieuse pour l'époque et cependant sobre, ouvrant un nouveau chemin, qui allait être emprunté par d'autres : notez les ouïes des ailes, les feux sous globe de forme inhabituelle. Le volume de la partie arrière, encore mystérieux aujourd'hui par son esthétique sculpturale et pure. Nous sommes encore en 1966:  Bianchi Anderloni estompe doucement les courbes voluptueuses des italiennes de l'époque, et annonce en visionnaire un nouveau langage stylistique.

Un profil étonnant: observez les pans coupés qui bordent les découpes d'ailes et adoucissent le volume.


Février 2008

 

Cette Lamborghini Jarama 400 GTS est une voiture que nous avons bien connue, dans le passé, Neldo Levy la possédait comme voiture personnelle. Elle est ici exposée à  Rétromobile en 2008.

 

Parmi les visiteurs, Olivier Namèche, "expert ès-Lamborghini Jarama", le créateur du registre Jarama, examine avec intérêt cet exemplaire, présenté par Neldo Levy.

A droite, la gravure d'origine sur la jante, l'état de préservation et d'entretien est exceptionnel.

La sobriété et la classe d'un dessin moins remarqué à l'époque que l'Espada, mais qui s'impose dans les esprits des passionnés.

Décoration "années 70" sur le Stand de la Carrosserie Lecoq au Salon Retromobile. Cette Miura ( la SVJ Spider #4808 ) fu vendue par AUTODROME, elle était alors gris argent.

Le prototype Aérotrain de l'ingénieur Jean Bertin était exposé: une aubaine pour les fanatiques de cette aventure proprement extraordinaire. Capable de 400 km/h, et même détenteur d'un record à 430 km/h, l'Aérotrain, "avion terrestre" jamais imaginé auparavant, se déplaçait sur coussin d'air, et avait trente ans d'avance sur son époque...Une merveille à admirer.


Janvier 2008

Une Aston-Martin (les vraies, pas celles construites après le rachat par Ford) est toujours une automobile absolument exceptionnelle.

"Et à la pompe ?" demandent parfois certains, influencés par le dénigrement et la propagande des médias à propos des Grand Tourisme et des sportives. Eh bien, à la pompe, on éprouve chaque fois la même intense satisfaction : au lieu de remplir tristement le réservoir d'une Mégane ou C5, nous faisons le plein d'une Aston-Martin classique - avant de rependre la route pour des instants privilégiés de perfection mécanique et esthétique ! Si l'on fait le compte au retour d'une ballade enchanteresse de Paris à Chartres, pour saluer la cathédrale, il saute aux yeux qu'une vingtaine d'Euros sont infiniment mieux employés ainsi que, par exemple, dans un navet cinématographique, pop-corn et parking compris.


Découvrir une Lamborghini rare est toujours un grand bonheur pour le collectionneur : ici une Islero 400 GT première série très bien préservée, qui sera soigneusement examinée après son acquisition pour déterminer le travail nécessaire. Notez les pneus ...à flancs blancs d'époque, mais pas d'origine !

Cet exemplaire possède une valeur historique exceptionnelle car il fut livré neuf à ... Edmondo Lamborghini, frère de Ferruccio, comme l'atteste un document que nous a communiqué l'usine Lamborghini. Il est très émouvant pour notre client, passionné de la marque de posséder un exemplaire ayant appartenu à la famille du fondateur de la marque.

 

 

L'Islero gagne en valeur sur le marché, à juste titre car elle est techniquement très proche des 400 GT, avec une ligne encore épurée par le crayon de Marazzi... et les Islero de première série sont parmi les plus rares Lamborghini, avec seulement 125 exemplaires produits. Quand on réalise qu'à peine une petite centaine doit encore exister en état  de marche dans le monde, on comprend que les passionnés parlent sérieusement d'oeuvre d'art à propos de ces anciennes Lamborghini. Elles sont aussi magnifiquement conçues et construites que les Ferrari classiques, et plus performantes, et... beaucoup plus rares !


Novembre-Décembre 2007

La Miura SVJ Spider, modèle unique au monde est aujourd'hui, d'un vert lumineux souvent porte par les Miura livrées dans les années 70.. La restauration totale de la carrosserie et de l'intérieur a été prise en charge par le meilleur spécialiste, la Carrosserie Lecoq.

Certaines de ces photos rares (signées Arnaud Herbelin, smylait@hotmail.fr) ont permis de faire poser côte à côte ce chef-d'œuvre de l'automobile classique et l'une des réalisations architecturales marquantes du XXème siècle :a la célèbre Villa Savoye, conçue par Le Corbusier à Poissy ; elle fut achevée en 1931. Cette maison aérienne, aux lignes d'une pureté intacte démontre que le temps qui passe ne fait que révéler davantage le génie créateur lorsqu'il s'exprime aussi magistralement.

La villa "Les Heures Claires", conçue et dessinée par Le Corbusier pour M. et Mme Savoye à Poissy, est classée monument historique.

Les vitrages ouvrent largement toutes les façades, un jardin intérieur agrémente le rez-de-chaussée. Au sommet du bâtiment, un toit-jardin.

La Miura SVJ spider, œuvre unique, offre le meilleur de l'art automobile des années 70-80 : ici en coupé, son toit peut être ôté pour savourer le V12 à l'air libre.

Splendeur et audace des formes, sonorité, éternelle griserie de piloter une mécanique vivante. Peut-être la plus extraordinaire Lamborghini de tous les temps.

 

 

 

 

 

 

Il s'agit ci-dessous du tout premier modèle Countach, la plus belle et la plus fabuleuse de toutes : Paolo Stanzani, son créateur, n'avait aucun autre choix que de surpasser la déjà légendaire Miura. Comme il nous l'a confié : l'avenir de l'entreprise dépendait d'une nouvelle voiture comme celle-ci ; il fallait faire mieux, remédier aux quelques défauts de la Miura et innover, "être toujours à l'avant-garde". Ce fut un coup de tonnerre et un succès phénoménal. Seules 150 "premières séries" furent produites, mais la réputation mondiale de Lamborghini a culminé après la présentation de cette machine automobile stupéfiante, jamais égalée depuis.

 

 

Les méticuleux travaux de finition : en haut, réglage de l'alignement des roues, et ci dessus remise en place des revêtements intérieurs chez Lecoq.

 

 

La première Countach est la plus rare de la lignée, d'une pureté et d'une audace miraculeuse ; l'aluminium mis à nu rehausse encore sa ligne provocante.

Ici, un compagnon carrossier très spécialisé peaufine le travail de restauration des minces panneaux d'habillage, avant préparation pour la mise en peinture.


Octobre 2007

 

Le "Raduno CountMiù" (réunion Countach et Miura) Une magnifique occasion de retrouver ceux qui ont fabriqué les Lamborghini de la légendaire époque de Ferruccio. Cette réunion des anciens de Lamborghini était attendue depuis de longues années, et elle a été plus que réussie, un souvenir inoubliable pour les vrais amoureux de la marque.Nous avons eu le grand plaisir de participer à cette rencontre, certainement unique dans l'histoire: le rassemblement amical de presque tous ceux qui ont fait la légende Lamborghini. Paolo Stanzani, Giotto Bizzarini (concepteur du premier V12 Lamborghini), Ubaldo Sgarzi (Directeur commercial pendant plus de vingt ans), Claudio Zampolli (ancien ingénieur et metteur au point Lamborghini), GianCarlo Guerra (le chef d'Atelier de Scaglietti, puis responsable de la fabrication des carrosseries chez Lamborghini), Orazio Salvioli (ancien responsable technique Lamborghini), Fabio Lamborghini (neuveu de Ferruccio), Umberto Marchesi (le fabricant des châssis) ne sont que quelques noms parmi le groupe des proches de Ferruccio Lamborghini réunis à Sant'Agata pour cette occasion.

 

De g. à dr. 1- Neldo Levy (Autodrome) et Cesare Lodi, pilote-essayeur Lamborghini. 2- Edmond Ciclet, responsable Technique Lamborghini France discute avec N. Levy et Paolo Stanzani, qui créa la Miura avec G. Dallara, puis la Countach, et dirigea Lamborghini dans les années 70. 3- Michel Levy (Autodrome) avec Giancarlo Guerra, chef d'Atelier Scaglietti puis responsable des carrosseries de la Countach chez Lamborghini. 4- Michel Levy avec Ubaldo Sgarzi, Directeur Commercial Lamborghini, puis Pagani. 5- Michel Levy et l'ingénieur Giotto Bizzarini qui dessina le premier V12 Lamborghini après avoir conçu la Ferrari GTO. 6 - Michel Levy avec Paolo Stanzani.

 

D'AUTRES IMAGES DE CETTE REUNION: CLIQUEZ ICI

 

Il s'agissait là avant tout de relations humaines, plutôt que d'un rassemblement d'autos comme il en existe beaucoup. C'est donc un climat amical et chaleureux qui a entouré les rencontres et conversations de ces deux jours exceptionnels. Il est toujours très important d'écouter parler ces acteurs d'une époque presque magique, en tous cas historique, car la vérité du passé tend à s'effacer à moins qu'on s'efforce de la consigner aussi complètement et précisément que possible. C'est ce que nous faisons modestement, comme d'autres passionnés, au contact des fondateurs de la légende, dont certains sont encore très actifs.

Un vieux bateau Lamborghini était là, près du musée de Tonino (à g.). L'émouvante première Countach LP400 (au centre). A dr. : aucune reproduction moderne ne remplacera un badge Touring d'époque. Extr.dr. La somptueuse 350 GT d'Edmond Ciclet, une référence.


Juillet 2007

L'été est propice à suivre de près la restauration complète de la carrosserie et de la sellerie de la célèbre Miura SVJ Spider (#4808). Propriété d'Autodrome pendant des années, cette acquisition de l'un de nos clients sera bientôt finie dans une couleur traditionnelle Miura : le vert vif qui a déconcerté bien des observateurs, habitués au rouge presqu'immuable des sportives italiennes. Nous travaillons avec la célèbre Carrosserie Lecoq, référence absolue en France depuis des dizaines d'années pour les travaux de ce type.

Cette voiture a connu une histoire des plus riches, comme on sait : née Miura S et exposée au Salon de Genève en 1971, elle fut ensuite transformée, à l'initiative de l'importateur Suisse en SVJ Spider, ultime SVJ et seule Miura découvrable exposée par Lamborghini - ce fut à Genève en 1981. En parallèle, le Roadster Miura (#3498, exposé par Bertone en 68) est lui aussi en cours de restauration aux Etats-Unis. Il retrouvera ses formes et finitions d'origine.

De la belle ouvrage, la restauration extérieure et intérieure est presqu'achevée. Une automobile unique au monde, un trésor pour collectionneur et amoureux de la vie.


Juin 2007

Au Vigean dans le cadre de l'événement 300 Ferrari contre le Cancer / Sport et Collection sur le circuit du Val-de-Vienne, AUTODROME présentait la CD-PANHARD LM64, un des deux extraordinaires prototypes alignés au Mans en 1964, et qui se frottèrent aux Ford GT40, Ferrari 275 P et GTO... Une occasion de rencontrer les passionnés et leur faire mieux connaître cette automobile importante.

Nous avons eu le plaisir d'immortaliser la rencontre entre la CD-Panhard prototype construite pour le Mans, et la Panhard-CD Grand Tourisme : deux témoignages du génie de l'ingénieur Charles Deutsch et de son équipe, et ultimes aboutissement de la grande histoire de la marque française Panhard-Levassor en compétition.

 

La CD-Panhard LM 64 #01 sur piste : nous sommes doublés par une Ferrari prototype, conduite par David Piper en personne ! Cette scène fabuleuse reproduit exactement

les 24 Heures du Mans de l'époque, où se côtoyèrent les Ferrari (275, 330 P, LM) et CD LM 64, à un détail près: c'est Guichet et Vaccarella

qui conduisirent la Ferrari 275 P à la victoire cette année-là, tandis que David Piper courait sur une 275 LM.

 

Quelques autres photos de "Sport & Collection" 2007 (cliquez ici)

 

 


Mai 2007

 

Toujours difficile de laisser partir une automobile rare, mais notre client va se régaler, et c'est bien le but de notre activité.

Pour les connaisseurs, la ligne mystérieusement fluide et épurée de la "Lusso" n'a pas fini d'être admirée, analysée, savourée... La dernière 250 GT de l'Histoire Ferrari, et un moteur délectable, à l'apogée d'une ère glorieuse des meilleures GT au monde, étroitement dérivées de la compétition. De plus l'habitacle de cet exemplaire est encore celui de l'époque, au cuir clair patiné par les années, et offrant une immersion presqu'irréelle dans le passé.

 


Mars 2007

 

L'une des plus grandes satisfaction de notre métier est d'assouvir notre besoin de savoir, et de connaître tous les éléments qui font l'histoire des automobiles les plus remarquables. Ainsi, l'entrée dans la Collection Autodrome de la CD LM64, un des hallucinants prototypes des 24 Heures du Mans des années soixante, est un événement des plus émouvants.

Les recherches historiques que nous menons sur chacune des autos qui nous arrivent sont l'occasion de retrouver des documents et témoignages incroyablement intéressants. Ainsi, un article du magazine Moteurs (disparu depuis une trentaine d'années) restitue le choc que fut la présentation d'un véhicule aussi radical, neuf et avancé que la CD-Panhard. Prolongement ultime de l'histoire sportive d'une légendaire marque française aujourd'hui méconnue du grand public, l'association de la petite firme de Charles Deutsch et de la grande maison Panhard ouvrit un nouveau chapitre de l'aérodynamique.

Les textes de Deutsch, ingénieur de génie, nous laissent admiratifs par leur vision et leur densité, bien en avant de ce qui se faisait et même se pensait à l'époque. La voiture a fait rêver, mais elles est bien réelle, admirable ; une fois approchée, elle demande à être pilotée, comme un animal sauvage tend instinctivement se sauver dans la nature.

L'une des carrosseries expérimentales de la CD 1964, encore sans feux avant, et non peinte.

Une torpille pacifique propulsée autant par l'intelligence et la science des fluides que par la force mécanique.


Février / Mars 2007

 

La présentation de quelques automobiles rares, voire uniques, à de vrais connaisseurs est un plaisir qui va bien au-delà des satisfactions professionnelles. D'abord parce que ces autos ont une âme, elles appartiennent au patrimoine et à l'Histoire de l'automobile. Et aussi parce que les découvrir et les faire découvrir est une occasion d'échanges vraiment chaleureux, chacun apportant ses souvenirs et anecdotes, et souvent certaines précisions qui aident à compléter les historiques, si importants pour bien apprécier une auto et son caractère.

(La photo du modèle réduit de la Pregunta près du levier de vitesse est de G. Falquerho).

Rétromobile 2007 : sur le Stand Autodrome.

 

 

Salon Auto Loisir 2007 (ex-Salon du Coupé et du Cabriolet). Nous avions prêté la Miura SVJ Spider pour la rétrospective Lamborghini.


Novembre 2006

 

Livraison à domicile d'une Ferrari 330 GT à son heureux nouveau propriétaire. A choisir entre quelques dizaines de milliers d'Euros en banque .. ou le bonheur d'un V12 Ferrari dans son garage, ce véritable passionné n'a pas hésité. Et comme pour bon nombre de nos fidèles clients et amis, cet acheteur n'avait jamais vu la voiture avant le jour de la livraison - ni même jamais mis les pieds dans notre garage. Cela illustre parfaitement que l'essentiel de ce métier tel que nous l'entendons est fondé sur la confiance, l'intégrité et la passion sincère pour les automobiles.

 

En réalité ce client, qui est venu à l'auto de collection notamment en lisant Autodrome Bulletin, avait envisagé d'acquérir, et même essayé un Lamborghini moderne. Mais toute réflexion faite, une Ferrari Grand Tourismes - surtout acquise chez Autodrome - reste sans comparaison...

 

Elle est en de bonnes mains. Difficile de dire qu'une telle voiture est vendue. Le mot qui vient à l'esprit est "confiée".


Septembre 2006

 

Certaines automobiles sont intimidantes, déjà mythiques à leur naissance.. Comme un animal mutant, un cyborg né du croisement d'un jet et d'une voiture de course italienne, la Pregunta donne littéralement le frisson quand on s'en approche.

 

 

Cette réalisation unique est le merveilleux fruit de la coopération de Lamborghini - qui fournit en 1997 un châssis Diablo de Recherche et Développement, à la Carrosserie Heuliez-Torino  - et de l'un des grands stylistes du XXè siècle, qui fut durant près de vingt ans le Directeur du style de Bertone, Marc Deschamps. La bête, pourtant strictement neuve (c'est une voiture de Salon mais totalement fonctionnelle) a été confiée aux soins d'un des meilleurs spécialistes pour un examen complet, qui révèle des particularités technologiques et de conception absolument extraordinaires.

A admirer en Février 2007 sur le Stand Autodrome au Salon Rétromobile !


 

Août 2006.

Modèles uniques (dites "one-off") : leur côte monte rapidement. Nous avions relevé la remarquable vente récente de la Lamborghini 400 GT à carrosserie spéciale dite "Monza", pour 270.000 Euros, soit plus du double du prix d'une 400 GT de production. Malgré son origine non officielle (la transformation, commanditée par un client privé, n'a pas été faite par Lamborghini) cette auto a fort justement suscité la convoitise des collectionneurs, car la rareté est un facteur décisif dans une automobile de collection, surtout quand le prototype est spectaculaire et comporte un intérêt historique.

 

De même, mais à un degré encore plus frappant, la Ferrari 250 GT dite "Nembo" (châssis 1623GT) est un "simple" coupé PininFarina de 1960, re-carrossé en 1967 pour un client privé par Neri et Bonacini, artisans doués mais de bien moindre renommée que Pinin Farina. Et pourtant, c'est le seul des 350 Coupé PininFarina qui a atteint la valeur de plus d'un Million d'Euros, somme contre laquelle il a changé de main (Coys, 22 Juillet 2006). Cela représente environ sept à huit fois le prix du modèle "de série".

Ces dernières années le marché a donc bien confirmé clairement la valeur de telles carrosseries uniques, et validé leur importance historique nettement supérieure aux modèles "de série".

 

Ainsi, les carrosseries spéciales deviennent de plus en plus une "terre promise" pour les collectionneurs, car ils y trouvent le témoignage irremplaçable des multiples chemins pris par les plus grandes marques de l'Histoire pour construire leur légende.

La production officielle Ferrari, Aston-Martin, Lamborghini, restera toujours objet de désir et de plaisir, mais les modèles rares, sortant de l'ordinaire, voire uniques ont contribué à leur propre manière, singulière et parfois décisive, à l'inspiration et à la créativité des automobiles de leur époque. Un objet unique joue toujours un rôle irremplaçable dans l'imaginaire de chacun, et présente un caractère, une identité d'autant plus forte qu'il se positionne en complément ou en contrepoint du courant "majoritaire" de l'époque. (lire à ce sujet les numéros 13 & 14 d'Autodrome-Bulletin)


Juillet 2006

Les plus belles automobiles se rejoignent chez Autodrome, comme les fauves d'Afrique près des points d'eau. L'endroit où, étrangement les prédateurs les plus féroces s'abstiennent de chasser... Du reste, dans la région de Cannes et Monaco, Autodrome est décrit comme une oasis de sérénité pour les collectionneurs et passionnés, car on est entre authentiques et sincères amoureux des automobiles.

 

Aston-Martin 1958 (DB4 Série 1) et Pagani Zonda F 2006 - un espace paradisiaque.

Les 7, 8 et 9 Juillet 2006, le prestigieux FESTIVAL of SPEED de Goodwood (Angleterre) présentait une réunion de toutes les versions de la Lamborghini Miura... Figurait en vedette la SVJ Spider, présentée par Autodrome, une réplique moderne de la "Jota", prototype d'une Miura de compétition développée à l'époque par Paolo Stanzani et Bob Wallace - voir à ce sujet notamment notre interview de Paolo Stanzani dans Autodrome Bulletin.

 

Rétrospective Miura à Goodwood, au centre la SVJ Spider. Au premier plan une SV, au fond, la maquette de la lourde "néo-Miura" présentée par l'usine.


Juin 2006

Pendant que certains s'embarquent dans un monospace pour prendre la route des vacances, certains heureux mortels s'apprêtent à prendre livraison de leur Pagani Zonda F. Ci-dessous quelques détails d'un exemplaire personnalisé de manière sobre, très approprié pour une auto qui n'a pas besoin d'artifice pour impressionner. Les photos ne rendent d'ailleurs pas fidèlement l'émotion qu'on ressent lorsqu'on se trouve près d'une Zonda "en liberté", dans la rue ou sur la route : le sentiment d'un petit vaisseau hi-tech de déplacement ultra-rapide, un engin venu d'un autre référentiel, qui transcende les normes connues.

 

 

A un certain moment, il ne restait plus que cinq Coupés Zonda F disponibles (la production est limitée à 25) : en entendant cela, le client qui nous contactait au téléphone depuis l'étranger, a commencé à composer notre numéro de fax sans lâcher le combiné en déclarant : "vous aurez ma signature dans quelques minutes...".


Février 2006 :

AUTODROME pour la première fois au Salon Rétromobile:

Ce Salon a été marqué notamment par les cent ans de Lancia, un anniversaire important car plus l'on connaît l'histoire de cette marque, mieux on comprend son prestige auprès de millions de passionnés. Les automobiles vendues sous ce nom aujourd'hui n'ont qu'une lointaine parenté avec celles créées par Vittorio Lancia et ses successeurs jusque dans les années 80. Un peu comme Alfa-Romeo, Lancia fut longtemps au sommet en course, mais aussi dans la production d'automobiles de très haut de gamme, coupés sportifs et berlines de luxe

Nous avons exposé à cette occasion une rare Lancia Flaminia Coupé Zagato Super Sport de 1965, en état d'origine, extraordinaire par son pouvoir d'évocation et par ses lignes sensuelles signés d'un des plus grands stylistes. La présence au Salon d'une Aston Martin DB4 GT Zagato elle aussi signée Zagato permettait d'apprécier les similitudes d'inspiration entre ces deux magnifiques carrosseries.

 

En vedette sur le Stand AUTODROME, était exposée la célèbre Miura SVJ Spider, l'ultime Miura présentée officiellement par Lamborghini, l'une des plus photographiées de ce Salon Rétromobile. A ses côté, sa rivale de l'époque, une Ferrari 365 GTB/4 Daytona 1970 (vendue bien sûr à un important collectionneur depuis). Cette compétition au sommet est restée légendaire dans l'histoire de l'Automobile: Enzo Ferrari, constructeur le plus prestigieux du monde challengé par l'ambitieux Ferruccio Lamborghini... ce duel passionna des millions d'amateurs. Voici réunies les deux divas des années soixante-dix.

Cette Miura est peut-être la plus belle jamais construite. Elle était exposée pour la première fois dans un Salon depuis 1986 ! De plus, pour la première fois au monde les deux Miura découvertes étaient visibles en un même lieu, puisque le Roadster exposé par Bertone en 68 à Bruxelles était également à Rétromobile. Une occasion unique de comparer la version "dream car" du grand styliste (une auto sans toit ni vitres latérales) avec la version présentée par Lamborghini à toit amovible et représentant le dernier développement du style Gandini, avec ses prises d'air latérales devant les roues arrière.

Une autre caractéristique marquante de cette édition de Rétromobile est le contexte de hausse continue des prix des meilleurs modèles classiques : observez les résultats des ventes aux enchères organisées à l'occasion de ce Salon. Ainsi, une Daytona à feux basculants (moins recherchée que la version "plexi") a été adjugée 193.000 Euros avec les frais par l'étude Poulain-Le Fur.

La grande différence avec la période 89-90 (dont les niveaux sont rejoints sur les meilleurs modèles): est que la consolidation actuelle des prix s'est faite sur plusieurs années: il ne s'agit pas de spéculation mais bien de réajustement fondé sur des valeurs objectives: rareté, qualité, importance historique. Nous avions signalé régulièrement à nos clients et lecteurs que le mouvement constaté allait durer, et c'est bien ce qui se produit.


D'autres jours chez Autodrome Cannes  : 2003-2005... / ... 2001 - 2002 ... /

...L'aventure Autodrome a commencé dans les années soixante, lorsque les frères Levy, passionnés d'automobiles sportives commencent à acquérir leurs premiers "pur-sang", Facel-Vega , Alfa-Romeo, R8-Gordini, Lotus Elan, Europe, Maserati, puis Ferrari et Lamborghini, Aston-Martin, Bentley...

Accueil    AUTODROME Cannes   Email

+33 (0)4 92 99 19 00 - Fax +33 (0)4 93 99 10 11 / Livraison France et international / Plan d'accès/adresse / English:

Quelques automobiles que vous auriez pu acheter chez AUTODROME

Vous souhaitez vendre votre Automobile Classique, sportive ou de prestige